10 janvier 2017
10 janvier 2017,
 5

Lorsque survient le déménagement d’un parent, il peut devenir impossible de maintenir la garde partagée ou la garde exclusive qui a été établie. Selon quels critère faut-il choisir le parent qui s’occupera dorénavant des enfants?

Lors de sa séparation avec Pierre, Sylvie a conservé la résidence familiale située à Québec et Pierre s’est acheté une maison dans le même secteur. Étant donné, qu’ils vivaient à proximité de l’école de leurs jeunes enfants, François et Philippe, ils pouvaient exercer une garde partagée. Les enfants passaient une semaine chez le père et une semaine chez la mère. Pierre a maintenant une nouvelle conjointe, Audrey. Les deux veulent faire vie commune. Le hic est qu’elle demeure à Montréal et qu’elle perdra son emploi si elle vient vivre avec Pierre à Québec. Quand Pierre apprend que son employeur peut le transférer dans une succursale de Montréal, il dit à Audrey : « C’est décidé, j’irai vivre avec toi à Montréal. »

Mais Pierre est bien conscient que sa décision rend impossible le maintien de la garde partagée. Il imagine déjà la réaction de Sylvie quand il va lui annoncer la nouvelle. Comme prévu, Sylvie proteste :

-« Tu veux les déraciner de leur milieux?

-Je vais demeurer dans un quartier anglophone; on va les inscrire à l’école anglaise; ils vont devenir bilingue », rétorque Pierre.

Incapable de s’entendre, ils acceptent de participer à une médiation, mais sans succès. Leur médiateur leur explique que lorsque les parents ne s’entendent pas entre eux concernant sur un changement de garde, c’est à un juge de trancher.

À la sortie de la médiation, Pierre prend un rendez-vous avec un avocat pour faire préparer une demande introductive d’instance en modification de garde.

De nos jours, il arrive souvent que les tribunaux soient sollicités ainsi pour trancher des litiges sur la garde suite au déménagement d’un parent. La décision doit être guidée par le meilleur intérêt de l’enfant. Au fil du temps, les tribunaux ont élaboré une grille d’analyse pour les aider à cerner dans chaque cas particulier la meilleure décision à rendre dans le meilleur intérêt de l’enfant. Voici un échantillon de critères déjà énoncés ou appliqués par les tribunaux :

 1.  Les perturbations causées à l’enfant

Il s’agit en général de l’éloignement de l’enfant de sa famille, de son école et en général du milieu dans lequel il s’est habitué à vivre. Les tribunaux privilégient la stabilité de l’enfant. Mais le statu quo n’est pas toujours la meilleure solution.

2. Les pertes subies par les enfants

Notamment les pertes reliées à la communauté, la famille élargie, l’école, les implications sociales. On tient compte de la qualité de la relation de l’enfant avec sa famille élargie.

3. Le support disponible à l’enfant dans le nouvel environnement proposé

Il s’agit généralement du support financier, familial (de la famille proche ou élargie) ou affectif dont l’enfant pourra bénéficier.

4. Désir de l’enfant

A compter de 8 ans environ, on commence à prendre en compte l’opinion de l’enfant. Plus il avance en âge, plus son opinion a du poids dans les décisions relatives à la garde.

5. Exceptionnellement, on peut tenir compte de la raison pour laquelle le parent gardien déménage

Normalement, on ne prend pas en compte cette raison, car un parent est libre d’établir sa résidence à un endroit plutôt qu’à un autre. Mais, exceptionnellement, la cour peut prendre en compte le peu de sérieux de la décision du déménagement ou la volonté de déménager par malveillance, par exemple, pour punir l’autre parent, parce que cela met en lumière le peu de considération qu’il a envers son enfant ou sa faible capacité à pourvoir aux besoins de l’enfant.

6. L’accessibilité à l’école dans le nouvel environnement de l’enfant

En particulier, la disponibilité de certains services scolaires spécialisés dont l’enfant a besoin.

7. La culture dans laquelle l’enfant est appelé à déménager

Par exemple, on pourra tenir comtpte de la possibilité pour l’enfant d’apprendre une seconde langue dans son nouvel environnement.

8. La faculté d’adaptation de l’enfant

Chaque enfant est différent et certains peuvent éprouver des difficultés à s’adapter au changement de milieu de vie.

9. La sécurité financière et le niveau de vie des enfants dans l’environnement de chaque parent

10. La santé du parent gardien, tant sur le plan physique qu’émotionnel

11. Le bénéfice pour les enfants de vivre dans une famille composée de deux parents

Par exemple, on pourrait tenir compte du support apporté par un nouveau conjoint.

12. La distance entre le nouvel environnement proposé par un parent et le lieu de résidence de l’autre parent

Cette distance peut être déterminante quant à la possibilité pour l’enfant de maintenir des contacts significatifs avec les deux parents. Ce critère est appliqué en fonction, notamment, de la capacité financière des parents d’assumer les frais de déplacement.

13. On privilégie une solution qui maximise les contacts entre l’enfant et chaque parent, si possible

Ainsi, la cour pourra confier la garde de l’enfant au parent qui encourage les contacts avec l’autre parent, plutôt qu’au parent qui les décourage.

14. L’existence d’une convention intervenue entre les parents relativement au déménagement

Si les parents ont déjà convenu d’avance quel parent devrait avoir la garde en cas d’éloignement d’un parent, la cour aura tendance à ordonner l’application de cette entente.

Aucun de ces critères n’a préséance sur les autres. Ils servent seulement de guides au juge pour l’aider à déterminer dans un cas particulier à quel parent confier la garde de l’enfant dans son meilleur intérêt. Chaque cas est différent et requiert une solution adaptée.

Louis Baribeau, avocat et médiateur familial

L’auteur remercie Me Marie-Josée Brodeur pour sa recherche intitulée Déménagement du parent gardien, dont elle a livré les résultats lors d’une formation donnée aux avocats familialistes de Québec le 8 mai 2015 et dont le présent article s’est inspiré.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0Print this page

5 responses on “La garde des enfants suite au déménagement d’un parent

  1. Jessica dit :

    J’habite Charlesbourg

    Bonjour,

    Je suis maman de 2 petites filles dont la plus vieille a 3 ans. Les deux ne sont pas encore en garderie vraiment puisque une amie depanne en attendant le CPE.

    Mon ex-conjointe et moi ne nous entendons pas pour la garde.

    Je souhaite déménager et me rapprocher de ma famille sur la Rive-Sud de Montréal. Toute ma famille maternelle y est y compris ma soeur et ma mère. J’ai aussi de belles opportunités d’emploi. Mon ex-conjointe a un horaire variable et moi très stable.

    Je souhaitais une garde partagée qui ferait en sorte que ce serait pratiquement du 50-50 avec une différence de 8 jours sur l’année.

    Eh bien, elle veut tout faire pour m’empêcher de déménager. Elle ne souhaite pas la garde partagée si je suis loin. Elle me dit donc qu’elle demandera la garde complète mais elle ne s’est jamais occupée des enfants ! Ça toujours été moi qui était présente pour elles. Je gérais la maison, le ménage, les enfants et la garderie pendant qu’elle dormait.

    Maintenant, je suis de bonne foi en voulant une garde partagée et elle refuse. Elle me menace de modifier son horaire afin d’obtenir la garde des filles.

    Ma question est: si je vais devant un juge est ce que je peux obtenir la garde complète de mes filles en déménageant? Elles ne vont pas a la garderie encore, toute ma famille est là tandis que mon ex n’a pas de famille proche, j’étais de bonne foi pour une garde partagée qu’elle refuse. Qu’en pensez vous ?

    • Avocat-Divorce-Quebec dit :

      Bonjour,

      Vous trouverez sur mon site internet dans l’onglet Blogue un article sur La garde des enfants suite au déménagement d’un parent qui contient plusieurs information qui vous seront utiles. Dans des cas semblables, il est très important d’obtenir une consultation juridique sur les conséquences de votre déménagement sur la garde de l’enfant pour vous aider à prendre une décision éclairée. Il n’est pas possible de vous donner une opinion juridique, sans une consultation qui me permettrait de connaître tous les détails de votre situation. N’hésitez pas à communiquer avec moi, au besoin pour une consultation.

      Louis Baribeau, avocat

    • Mylene dit :

      Bonjour,

      De mon coté, je suis séparée divorcée depuis peu, mais séparée depuis déja 5 ans. Nous avons essayés de renouer les liens de couple, mais m’étant fait trompé a toutes les fois que je donnais une nouvelle chance a mon ancien mari, j’en conclu que la confiance n’était plus présente. Le papa de mes enfants est un très bon père, mais aussi, très carriériste. Il est un ancien militaire, toujours actif dans la réserve. Il a travaillé a Trois-Rivière, a été muté au Nouveau-Brunswick, pour ensuite devenir réserviste et déménager a Rigaud. Il a travaillé presque 2 ans a rigaud. L’année derniere il a décidé de revenir a Québec, se trouvant un emploi au service frontalier. Il a toujours été absent pour les enfants, et la médiation avait pensé en ma faveur, pour avoir la garde exclusive. Il les voyait aux deux fin de semaine, mais n’honorait pas toujours ses weekends. Depuis quelques mois, il a rencontré une autre fille, et prévoit redéménager dans le coin de Montréal, car cette derniere habite a Gatineau.

      Mon ex m’a dit l’autre jour qu’il prévoyait amener les enfants avec lui, que notre plus vieux, agé de 10 ans, voudrait certainement déménager avec lui. J’en ai eu le coeur brisé, et encore aujourd’hui, je fond en larmes juste a penser que je pourrais etre séparée plus de 72 heures de mes enfants.

      Quels sont les lois? depuis leur naissance, j’ai toujours été là pour mes enfants. Il a été présents qu’au début de vie de nos deux enfants. Depuis 6 ans, je suis toujours avec mes enfants, ne me séparant que quelques jours par mois, lorsqu’il les prends avec lui. Je fais tout! les devoirs, les lecons, les rv chez le pédiatre, les rencontres a l’école. Il n’est jamais venu a un rv chez le pédiatre avec ses enfants. J’ai fait tout le travail jusqu’a aujourd’hui.

      Depuis quelques semaines, je sens qu’il veut rattraper le temps perdu, car les enfants sont de plus en plus matures, et il a beaucoup plus d’interraction avec eux. Je ne l’empecherai jamais, au grand jamais de voir les enfants aussi souvent qu’il le souhaite, mais je trouverais injuste qu’après tout ce temps loin d’eux, que les enfants puissent aller vivre a MTL.

      Quels sont mes recours? Il t’il des chances de venir au bout de ses attentes et sa volonté? je suis démollie et je pleure car, je ne peux pas envisager d’etre éloignée a plus de 3 heures de route, et de voir mes enfants qu’un weekend sur deux…

      J’ai besoin de conseils svp, j’ai le coeur brisé!
      Merci

      • Avocat-Divorce-Quebec dit :

        Bonjour,

        Le lieu de résidence des enfants est une décision qui doit être prise en commun entre les deux parents. Un parent ne peut pas décider seul avec lequel des parents les enfant demeureront. Si les parents ne s’entendent pas, un des deux peut s’adresser à la cour pour demander à un juge de trancher avec lequel les enfant demeureront. Ce n’est pas aux enfants à décider. Proposez la médiation à votre ex-conjoint, s’il ne veut pas participer à la médiation ou si la médiation ne fonctionne pas, prenez rendez-vous pour une consultation afin de connaître vos recours. Il ne faut pas attendre que le parent ait déménagé et soit parti avec l’enfant pour prendre votre recours. Il faut prendre votre recours dès que vous avez des raisons de penser qu’il va déménager.

        Au besoin, n’hésitez pas à communiquer avec moi pour une consultation.

        Salutations.

        Louis Baribeau, avocat et médiateur familial

  2. Verret dit :

    Bonjour jai un nouvel amoureux depuus presque 1 an et on parle de rester ensemble .De mon cote jai la garde partagee de mon fils du jeudi au lundi et son pere du lundi au jeudi .A toutes fins de sem il vient avec moi chez mon copain et lui de son cote a un fils du meme age que ke mien et un autre de 8 ans.A long terme si je demande garde complete de mon fils est ce que jai une chsnce ou non de lavoir car cest 1 h30 de route alors la garde partagee presque impossible surtout que lan prochain il va commencer la maternelle.Ca m’inquiète pouvez vous me renseigner merci

ÉTANT DONNÉ LE NOMBRE DE COMMENTAIRES, NOUS PRIVILÉGIONS CEUX DE LA RÉGION DE QUÉBEC.

VEUILLEZ INDIQUER AU DÉBUT DE VOTRE COMMENTAIRE LA VILLE OÙ VOUS RÉSIDEZ. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *